Mettre en place un programme d’accès à la défibrillation

– Vous souhaitez vous équiper, mais vous ne savez pas quel défibrillateur choisir (DEA ou DSA, à énergie constante ou croissante, disposant du meilleur seuil de détection d’asystolie, …),

– Vous voulez vous équiper et obtenir une prestation clé en main comprenant la pose, la mise en service, l’initiation et la maintenance de votre DEA, nos formations sont dispensées sur l’ensemble du territoire par des secouristes spécialistes de la réanimation cardiaque grand public, nos techniciens sont habilités à réaliser la maintenance de chacune des marques distribuées,

– Vous avez équipé votre commune, entreprise et vous souhaitez former vos citoyens, vos salariés à la RCP et à l’utilisation d’un DAE,

– Vous vous êtes équipé de défibrillateurs et vous souhaitez nous en confier la maintenance, nous intervenons sur toute la France métropolitaine, nos tarifs sont dégressifs selon le nombre d’appareils,

– …

N’hésitez pas à nous contacter via notre formulaire de contact ou au 03 52 74 00 86.

Pour une chaîne de survie efficace, trois critères sont indispensables :

S’équiper de défibrillateurs et les laisser en accès public :

Mettre à disposition un ou plusieurs appareils c’est permettre d’augmenter les chances de sauver une vie en cas d’arrêt cardiaque.

Le massage cardiaque associé à une défibrillation rapide est l’intervention la plus susceptible d’améliorer le taux de survie. Le délai entre la survenue de l’arrêt cardiaque et l’utilisation du DAE étant un facteur clé de succès pour tenter de faire repartir le cœur normalement.
Bien que le massage cardiaque aide à maintenir la circulation sanguine chez une victime d’arrêt cardiaque pendant un certain laps de temps, il est peu probable qu’il puisse convertir la fibrillation ventriculaire en rythme cardiaque normal. Pour restaurer ce rythme normal, il faut réaliser rapidement une défibrillation dans les toutes premières minutes qui suivent l’arrêt cardiaque.
En utilisant un DAE rapidement sur une victime d’arrêt cardiaque par fibrillation ventriculaire, les chances de survie sont les plus élevées. En effet, dans les études sur l’arrêt cardiaque qui utilisent la défibrillation au cours des toutes premières minutes suivant l’arrêt, les taux de survie sont de 85 % voire plus (contre 3 à 5 % si l’on ne fait rien).

Les études démontrent que peu de patients survivent si le délai écoulé entre la perte de conscience est supérieur à 12 minutes, or on sait que les secours mettent en moyenne 14 minutes pour arriver auprès d’une victime. L’intervention du premier témoin est donc capitale pour sauver une victime d’arrêt cardiaque.

Former à l’utilisation du défibrillateur

80 % des témoins restent passif devant une victime d’arrêt cardiaque s’ils n’ont pas reçu une formation minimale à la réanimation cardio-pulmonaire (RCP) et à l’utilisation d’un défibrillateur.

De très nombreuses études cliniques démontrent que la connaissance des gestes élémentaires de survie administrés par le premier témoin peut améliorer considérablement les taux de survie. Le massage cardiaque débuté par les témoins constitue le meilleur traitement qu’une personne victime d’un arrêt cardiaque puisse recevoir en attendant l’arrivée d’un défibrillateur et des secours médicaux spécialisés.

Nous vous proposons des formations courtes de 2 à 3 heures avec mise en pratique ou ultra-courtes (théoriques) de 20 à 30 minutes selon le programme suivant :

  • Apprendre à reconnaître les signes d’une crise ou d’un arrêt cardiaque ;
  • Apprendre à réagir en débutant le massage cardiaque ;
  • Apprendre à utiliser un DAE en attendant l’arrivée des secours professionnels.

4minutespour1vie

Communiquer sur les lieux d’implantation des défibrillateurs

Parce que le témoin qui doit intervenir auprès d’une victime d’ACR est en situation de stress intense, savoir ou se trouve le DAE le plus proche doit être un réflexe.

Tout autant que l’équipement et la formation, la communication sur les lieux d’implantation est primordiale.

Quel que soit le type d’installation retenu, il est important d’apposer une signalétique claire et visible pour informer le public de la présence d’un DAE.

Elle peut être complétée par le sigle DAE ou tout symbole permettant d’assurer la bonne visibilité du matériel et la compréhension de son utilité.

Les projets d’implantation de DAE doivent être complétés par une campagne d’information auprès des utilisateurs potentiels afin d’assurer la visibilité du dispositif et d’accroître les connaissances du public sur les défibrillateurs.

L’information de la population sur le projet d’équipement et l’appel aux volontaires pour intégrer la chaîne de survie sont primordiaux.

Le bulletin municipal, le site Internet de la ville, les panneaux électroniques, les tableaux d’affichage, les sites ou application de géolocalisation sont des supports d’information essentiels. Ils offrent la possibilité de maintenir l’information à jour sur les lieux d’implantation des DAE, tant auprès de la population que de tous les intervenants potentiels.

Notre constat sur le terrain :

– des salariés qui ne savent pas que leur entreprise est équipé de DAE,

– des défibrillateurs présents dans la commune mais indisponibles après la fermeture des locaux,

– des appareils non signalés,

– une absence de communication sur l’intérêt du DAE,

– une absence de formation,