Une victime d’arrêt cardio-respiratoire toutes les 10 minutes

La mort subite prématurée touche chaque année en France environ 46 000 personnes quel que soit l’âge, le sexe, le lieu. Nul ne peut dire qu’il n’est pas concerné ou qu’il y est suffisamment en bonne santé pour ne pas se sentir intéressé par le sujet.

A l’heure actuelle, seuls 20 % des Français ont reçu une formation récente aux gestes qui sauvent. Or, lors d’une réanimation cardio-respiratoire, les gestes de premier secours pratiqués sans délai sont essentiels pour permettre à la victime d’avoir les meilleures chances de survie.

Quel que soit l’intervenant, formé ou non, il doit intervenir le plus rapidement possible : détecter l’arrêt cardiaque, appeler les secours en composant le 15 ou le 112, commencer le massage cardiaque immédiatement et pouvoir rétablir un rythme cardiaque normal à la victime par le biais d’un défibrillateur cardiaque (DAE).

Seul un massage cardiaque (MCE) réalisé immédiatement et correctement associé à un choc électrique peut permettre à la victime de s’en sortir sans séquelles. Or, le MCE est l’intervention la plus compliquée à réaliser correctement. Pour être efficace et permettre à la victime d’éviter des séquelles neurologiques irréversibles, les compressions thoraciques doivent être de bonne qualité. Un défibrillateur qui envoie des chocs électriques n’est pas suffisant pour retrouver une victime en bonne santé. S’équiper d’un DAE qui assistera l’intervenant lors du massage cardiaque est essentiel.

Peut-on utiliser un défibrillateur sans avoir été formé ?

Lors de nos tournées de maintenance de DAE, nous rencontrons régulièrement des personnes dans des locaux équipés de défibrillateurs automatisés externes mis à disposition par les services de collectivités ou d’entreprises. Ceux-ci nous informent à chaque passage, qu’en cas d’arrêt cardiaque, ils seraient réticent à utiliser l’appareil parce qu’ils n’ont pas reçu de formation.

L’article R. 6311-15 de mai 2007 permet à toute personne même non médecin de se saisir d’un défibrillateur pour sauver une vie. Cependant, mettre en place des sessions d’initiation rapides semble, pour tout nouveau DAE installé, être également une priorité. Nous proposons à nos clients ces initiations pour permettre à chaque utilisateur potentiel d’avoir les bons réflexes : appeler les secours, commencer le massage cardiaque et se saisir du défibrillateur le plus proche.

Redonner une activité électrique au cœur

Le cœur est un organe qui fonctionne grâce à des influx électriques, responsables des contractions des ventriculaires qui permettent d’éjecter le sang oxygéné vers le système cardio-vasculaire tout entier. Ces contractions correspondent à ce qu’on appelle communément les « battements du cœur ». Dans certains accidents cardiovasculaires, le cœur cesse de battre, notamment à la suite d’une fibrillation ventriculaire. Cette fibrillation peut s’expliquer par divers phénomènes physiologiques : arythmie, tachycardie, infarctus, pulsations anarchiques… Dans tous les cas, le muscle cardiaque finit par cesser de battre si rien n’est fait, entraînant un arrêt circulatoire (le sang ne circule plus dans l’organisme et les tissus ne sont plus oxygénés).

Le recours au défibrillateur automatique ou semi-automatique est, avec le massage cardiaque, l’une des méthodes permettant de le faire redémarrer le rythme cardiaque en relançant les contractions ventriculaires. La fréquence cardiaque reprend progressivement un rythme normal dans le meilleur des cas.

Comment choisir son défibrillateur ?

Plusieurs types de défibrillateurs existent, certains étant semi-automatiques, d’autres automatiques, … Seul un professionnel peut vous renseigner sur le meilleur modèle de défibrillateur à choisir dans votre cas. Comme son nom l’indique, un défibrillateur semi-automatique n’est pas complètement autonome, parce qu’il a besoin de l’action humaine pour être déclenché : l’utilisateur appuie sur un bouton. Cela peut causer un peu d’appréhension pour les utilisateurs novices, déjà stressés par le malaise de la personne victime. Le DA ou DAE quant à lui est conçu également pour réaliser une analyse du rythme cardiaque. Après cette analyse du rythme, l’appareil permet de lancer si nécessaire la décharge électrique sans action humaine.

A qui s’adressent les défibrillateurs ?

Toute personne, issue ou non du personnel médical peut être amenée à utiliser un défibrillateur sur une personne inconsciente et qui ne respire plus. Cet appareil sophistiqué permet en effet de retrouver un rythme cardiaque normal. Cependant, un massage cardiaque efficace permet de continuer à faire circuler le sang vers les organes vitaux. La réanimation cardiaque avec le DAE se fait immédiatement et automatiquement. C’est pourquoi de plus en plus d’établissements recevant du public préfèrent s’équiper d’un défibrillateur automatique : cela augmente considérablement les chances d’assurer une réanimation cardiaque efficace. Tout lieu public peut se procurer un défibrillateur automatique permettant de sauver des vies sans connaissance des gestes de secours. Il suffit de bien placer les électrodes grâce à des explications compréhensibles par tous et par un avertissement vocal.

Peut-on choquer une personne avec un pacemaker ?

Chez un patient ayant tendance à la bradycardie (battements du cœur lents), la pose d’un stimulateur cardiaque permet de retrouver une bonne fréquence cardiaque et d’éviter tous les risques liés  à ce problème. Cependant, cet appareil qui génère de l’électricité afin de stimuler les battements du cœur nécessite certaines précautions dans l’univers médical. En cas d’arrêt cardiaque, le risque de mort imminente est réel, si bien que l’on va tenter de choquer le patient, en sachant que les défibrillateurs modernes possèdent la capacité de détecter l’activité électrique du stimulateur et d’en tenir compte. En effet, le défibrillateur automatique détecte les artéfacts et décide de la nécessité ou non de délivrer un choc électrique.

Tous les arrêts cardiaques peuvent-il être choqués ?

En cas d’arrêt cardio-respiratoire, la vie de la victime est en danger et il est vital de démarrer un massage cardiaque selon les techniques de gestes de premiers secours ou d’utiliser un défibrillateur. Que l’activité cardiaque ait cessée à cause d’un trouble du rythme, d’un infarctus du myocarde ou de toutes causes d’arrêts, la priorité est de faire redémarrer le cœur. Le choc électrique externe permet de résoudre un problème de fibrillation auriculaire, ventriculaire ou de ranimer un patient en état de « mort cardiaque ». Il est primordial d’appeler les secouristes aussitôt que la découverte de l’état de la victime. En appelant le 15 ou le 112 (numéro européen), vous aurez des instructions vocales qui peuvent vous aider à sauver la victime d’un arrêt cardiaque encore plus rapidement et ainsi diminuer le risque de séquelles car les premières minutes qui suivent un accident cardiaque sont cruciales. Que l’arrêt cardio respiratoire ait eu lieu à la suite d’un trouble du rythme cardiaque, de cardiopathies particulières même rares, d’une arythmie ventriculaire, d’un surdosage d’antiarythmiques, d’extrasystoles ou d’un souci d’ordre ischémique, insuffisance cardiaque, anomalie du ventricule gauche, ventricule droit, etc., la priorité est la réanimation cardio respiratoire, d’où l’utilisation automatique ou presque aujourd’hui, d’appareils de défibrillation.

Le massage cardiaque externe

Si l’installation de défibrillateurs se répand de plus en plus dans lieux publics (mairie, collectivité, entreprises…), ils ne sont pas encore présents partout et en cas d’arrêt cardiaque soudain, il est urgent de porter secours par le biais du massage. Parfois même, certains sauveteurs frappent à coup de poing le torse de la victime pour la réanimer. Aujourd’hui, presque tout le monde est formé aux massages cardiaques, notamment grâce aux actes de prévention enseignés en milieu scolaire. Le massage doit être pratiqué jusqu’à l’arrivée des secours (sapeurs-pompiers, samu, médecin, équipe médicale…) et c’est généralement après 45 minutes de massage qu’on décide d’arrêter si la personne ne reprend pas un rythme sinusal.

Comment savoir si le rythme cardiaque est normal ?

Sans être médecin ou infirmier, il est possible pour les personnes initiées aux gestes qui sauvent de repérer si un rythme cardiaque est normal ou non. Par exemple, en prenant le pouls, on peut percevoir si un rythme est régulier ou non. On peut aussi compter le nombre de pulsations cardiaques et définir si celui-ci est au-dessus de la norme (tachycardies = 120/minutes maximum pour une personne au repos) ou en dessous de la norme (bradycardies = inférieur à 60 pulsations par minute au repos). Après l’utilisation d’un défibrillateur externe, le sauveteur cherche à détecter une respiration ou un pouls. Si la fréquence cardiaque est trop basse ou trop élevée, cela doit faire l’objet d’un traitement médical que seuls les équipes médicales peuvent administrer.

Le suivi chez le cardiologue post-défibrillation

Il n’est pas nécessaire d’avoir des antécédents cardiaques pour être soudainement victime d’un accident cardio vasculaire entraînant un arrêt ou une fibrillation cardiaque. Ces accidents graves, lorsqu’ils sont résolus et permettent la survie, permettent souvent la découverte d’une pathologie cardiovasculaire ou d’une intoxication médicamenteuse par exemples. Cela ne peut être fait qu’au cours d’une consultation chez un spécialiste en cardiologie ou à l’hôpital, car un secouriste lambda ne peut détecter ces problèmes qui demandent des analyses médicales, ni un secouriste médical (Croix Rouge, pompiers…) s’ils ne sont pas dotés d’appareils permettant de faire des diagnostics ou analyses poussés. Analyses que peuvent effectuer les urgences hospitalières.

Arrêt de la pratique du bouche-à-bouche

Troubles du rythme, accident cardio-pulmonaire, quelle que soit la cause de l’arrêt cardiorespiratoire, il est aujourd’hui déconseillé de pratiquer le bouche à bouche, pour la simple et bonne raison qu’elle est moins efficace qu’un massage bien réalisé, en continue. En effet, une personne en arrêt à avant tout besoin de voir son coeur stimulé de manière externe pour lui permettre de pomper à nouveau. Les impulsions électriques générées par l’appareil sont encore plus efficaces, surtout si le sauveteur n’est pas expérimenté. En effet, pour retrouver des battements cardiaques, il est nécessaire de créer un choc externe suffisamment important, c’est pour cela que certains sauveteurs n’hésitent pas à frapper la cage thoracique ou à lourdement enfoncer la cage thoracique lors d’un massage, quitte à casser des côtes. La fracture des côtes est une complication des suites d’un massage cardiaque, qu’on ne retrouve pas lors de l’utilisation d’un défibrillateur.

Déceler la perte de conscience

Comment distinguer un simple malaise sans gravité d’un malaise cardiaque nécessitant des soins urgents ? La réanimation cardio pulmonaire devant être démarrée au plus vite pour permettre au coeur de refonctionner, il est important de savoir reconnaître une absence de battements du coeur et de respiration. Dans tous les cas, le boîtier gère la RCP de manière entièrement automatique, afin que l’électrode fonctionne seulement si nécessaire. Ainsi, le choc électrique permet à chaque oreillette, ventricule, et à l’artère coronaire et à la semble du myocarde d’assurer une bonne contraction, une bonne éjection du sang vers le système veineux, grâce à la stimulation électrique.

Déceler les troubles cardiaques précurseurs

Savoir si une personne est sur le point de faire un malaise cardiaque n’est pas évident pour une personne n’ayant pas reçue de formation médicale. Néanmoins, des signes peuvent annoncer des troubles du rythme cardiaque nécessitant d’être surveillés par un docteur. Une maladie cardiaque se manifeste différemment selon sa cause : oreille droite, oreillette gauche, ventricule droit, ventricule gauche, coronaires, lorsqu’un de ces éléments est en souffrance (anomalie du rythme ventriculaire par exemple), il est nécessaire de passer un électrocardiogramme afin de diagnostiquer une cardiopathie ou une cardiomyopathie éventuelle. Les troubles de la conduction peuvent en effet modifier le nombre de battements par minute ou entraîner une dépolarisation, un caillot ou autre problème cardio-circulatoire non négligeable. Quoi qu’il en soit, il n’est nécessaire de faire un massage cardiaque ou d’utiliser une impulsion électrique que dans le cas de l’absence de pouls. Enfin, certains médicaments sensés fluidifier le sang comme les anticoagulants, ou d’autres permettant d’améliorer la stimulation cardiaque ou encore à effet antiarythmique, pris au mauvais dosage peuvent entraîner des complications cardiaques pouvant aller jusqu’à la syncope ou simplement engendrer un souci de pression artérielle (hypertension, hypotension). La consultation d’un cardiologue permet de faire des examens qui révèlent ou non un battement anarchique du coeur, ou une anomalie au niveau des oreillettes, des ventricules ou des coronaires. Un diagnostic précoce permet d’éviter des drames comme les arrêtes cardiaques, nécessitant l’administration d’un courant électrique afin de sauver la vie de la personne.

Défibrillateur automatisé externe (DAE) : 4 minutes pour 1 vie

Défibrillateur installé

Fournisseur agréé de DAE depuis 2012.

Notre gamme de défibrillateurs à partir de 895.00 €HT / nos packs tout inclus !

 

Demandez  un devis

 

 

Pour une maintenance sur site de votre DAE (tarif dégressif) – Consultez-nous !

Équipez vous d’un défibrillateur et soyez prêt à sauver une vie !

Une victime toute les 10 minutes. La victime n’a pas une seconde chance ! C’est pourquoi, nous vous proposons notre sélection des défibrillateurs automatisés externes les plus fiables et les plus performants. Vous trouverez sur notre site des conseils pour faire le bon choix afin d’acheter un matériel de qualité pour mettre tous les atouts du côté des victimes d’arrêt cardiaque.

Consultez notre comparateur avec les prix d’achat, les principaux critères de choix et le coût d’entretien des DAE sur 10 ans.

Nous garantissons, par ailleurs, la  traçabilité de votre matériel en terme de matério-vigilance.

La maintenance de votre défibrillateur cardiaque est obligatoire. C’est pourquoi, nous fournissons une fiche de suivi avec chaque DAE acheté, mais nous disposons également d’un service de proximité pour l’entretien sur site de votre appareil.

Les avantages des défibrillateurs équipés de l’aide au massage cardiaque :

Lors d’une réanimation cardio-respiratoire, l’utilisation d’un DAE doit obligatoirement être associé à un massage cardiaque de haute qualité. Celui-ci doit respecter le bon rythme (100 à 120 compressions par minute) et la bonne profondeur (5 à 6 cm) pour assurer la ventilation des fonctions vitales de la victime.

Les études publiées ces dernières années ont démontré l’impact considérable de la qualité des compressions thoraciques en termes d’amélioration du taux de survie. L’utilisation d’un DAE équipé de l’assistance au massage cardiaque multiplie par 2 les chances de survie (Annals of Emergency Medicine 2013).

Si le sauveteur ne sait pas réaliser un massage cardiaque efficace, alors les invites vocales d’un appareil disposant de l’assistance au massage lui recommanderont de corriger ses gestes et de « masser plus vite », d’« appuyer plus fort », …

Seuls 4 défibrillateurs sur le marché disposent de la fonctionnalité d’assistance au massage.

A propos des défibrillateurs que nous vendons :

Distributeur de défibrillateurs depuis 2012, nous avons recentré notre offre pour vous  proposer uniquement les matériels les plus performants que nous vendons aux meilleurs prix.

Avant d’acheter un DAE, vous devriez sans doute regarder :

  • L’origine de l’appareil. Nous avons sélectionné les DAE fabriqués dans les pays où les normes de sécurité sont les plus strictes,
  • Si l’énergie délivrée par l’appareil est ascendante. Nos DAE suivent les recommandations de l’European Resuscitation Council : les chocs électriques supplémentaires sont plus puissants que le choc initial,
  • S’il dispose d’un indice de protection suffisant pour être installé en milieu humide ou en extérieur, nos DAE ont un IP minimum de 54,
  • S’il est équipé au moins d’une assistance au massage cardiaque pour permettre au sauveteur même non formé de réaliser une réanimation efficace,
  • S’il dispose d’invites vocales claires et précises permettant à un non-initié de pouvoir intervenir sans hésitation,
  • S’il réalise des auto-tests de manière régulière et prévient par signal sonore et/ou visuel en cas de pile faible,
  • Si les consommables (électrodes et batteries) seront toujours disponibles à l’achat dans les années à venir. Nos DEA entreront dans le cadre de la classe III médicale en 2021.

4 minutes :

Lors d’un arrêt cardiaque soudain, chaque minute est comptée. Les mains du premier intervenant remplacent les battements du cœur de la victime.

4 minutes : c’est le temps au delà duquel le cerveau commence à subir des séquelles neurologiques irréversibles s’il n’est plus ventilé ou si le massage cardiaque est inefficace.

Ainsi, sans intervention,  les chances de survie diminuent de 10% pour chaque minute qui s’écoule. Cependant, si le témoin démarre immédiatement une RCP et la maintient, les chances de survie demeurent au moins de 60%, 10 minutes après le malaise.

Le DAE obligatoire dans les ERP :

Le décret 2018-1186 du 19 décembre 2018 relatif aux défibrillateurs automatisés externes rend obligatoire l’équipement :

  • au plus tard le 01/01/2020 pour les ERP de catégories 1 à 3 (capacité d’accueil supérieure à 300 personnes),
  • au plus tard le 01/01/2021 pour les ERP de catégorie 4 (capacité d’accueil jusqu’à 300 personnes hors ERP relevant de la catégorie 5),
  • avant le 01/01/2022 pour certains ERP de catégorie 5 (établissements sportifs clos et couverts, salles polyvalentes, établissements de soin, structures d’accueil pour personnes âgées, …).

Le texte précise que les appareils doivent être sécurisés, visibles et facile d’accès en permanence. Une maintenance du DAE et des accessoires doit également être prévue conformément aux dispositions de l’article R.5212-25 du code de la santé publique. Enfin, l’achat d’un équipement commun est envisageable lorsque plusieurs ERP sont sur un même site géographique.

Nouveaux arrêtés encadrant les DAE :

Les arrêtés JORF n°0263 (texte 5 et texte 6 du 29 octobre 2019 parus au journal officiel imposent :

  • un affichage de la présence d’un DAE à chaque entrée d’ERP concerné par le décret 2018-1186 du 19 décembre 2018,
  • de préciser l’emplacement et de tracer le chemin d’accès au DAE,
  • d’apposer une étiquette indiquant les coordonnées du responsable de l’appareil, la date de la prochaine maintenance ainsi que les dates de péremption des consommables,
  • aux exploitants de DAE de répondre à leur obligation de déclaration des appareils dans la « base de données nationale des défibrillateurs automatisés externes : GEODAE« .

Principales recommandations de l’ANSM :

  • Former ou initier le personnel à la pratique du massage cardiaque et à l’utilisation du défibrillateur automatisé externe,
  • Désigner une personne responsable du suivi du DAE, chargée de vérifier périodiquement son état opérationnel,
  • Mettre en place un registre de maintenance retraçant le rythme des visites de contrôle (nous le fournissons avec chaque appareil),
  • Enregistrer la machine auprès du fabricant et des services de secours (SDIS),
  • Tracer le lieu d’implantation du défibrillateur à l’aide d’une signalétique efficace,
  • L’installation doit être visible et rapidement accessible,
  • Ne pas exposer l’appareil à la chaleur (+40°) ou au froid (-0°) : pas d’exposition en plein soleil et dans une armoire ventilée et chauffée lorsque l’installation est en extérieur,
  • Vérifier régulièrement l’état extérieur du DAE,
  • Vérifier régulièrement le témoin de marche conformément à la notice d’utilisation ainsi que les dates de péremption de la batterie et des électrodes,
  • Déclarer auprès de l’ANSM tout dysfonctionnement observé en cours d’utilisation pouvant avoir ou ayant eu une incidence sur l’état de santé de la personne secourue, d’un utilisateur ou d’un tiers.

Nouvelle réglementation Européenne :

Le Conseil de l’Union Européenne a adopté le fait que le défibrillateur automatique fera l’objet d’une requalification en classe médicale de niveau III (risque élevé) à compter du 25 mai 2021.

Pour obtenir ou conserver le marquage CE, et donc l’autorisation de distribuer leurs appareils sur le territoire Européen, les fabricants de DAE devront, tout comme l’impose aujourd’hui la FDA aux USA, fournir les données cliniques et des études d’efficacité réalisées.

Autrement dit, les défibrillateurs qui disposent aujourd’hui de l’agrément FDA sont assurés d’être toujours commercialisés en Europe dans les années à venir. Acheter un DAE aujourd’hui en regardant uniquement un prix et sans savoir si l’appareil sera toujours sur le marché dans les années à venir, c’est prendre le risque de ne plus pouvoir trouver les consommables à remplacer.