défibrillateurs

Défibrillateur : les avantages du feedback

zoll-compression-thoracique

Les avantages du feedback sur un défibrillateur

Lors d’une réanimation, la phase de compressions thoraciques est l’étape la plus difficile à exécuter correctement. C’est donc là toute l’importance de la qualité du massage cardiaque qui va permettre d’envoyer du sang (donc de l’oxygène) vers le cerveau et autres organes vitaux.

Si la plupart des défibrillateurs disposent d’un métronome pour accompagner la cadence, la véritable difficulté est d’optimiser le massage en fonction de la résistance (et notamment de la corpulence) de la victime, pour atteindre le cœur.

Le feedback ou retour d’informations sur la qualité des compressions thoraciques est une fonction non négligeable qui équipe une poignée d’appareils distribués sur le marché. Cette fonction est, en effet, loin d’être un gadget lorsqu’on sait que seuls 20 % des français sont formés aux gestes de secours et que la plupart n’ont pas pratiqué l’exercice sur un mannequin depuis de nombreuses années. D’autre part, l’entrainement sur un mannequin de formation, bien souvent dans des conditions conviviales et agréables est une chose, pratiquer un massage sur une victime, un proche, un ami ou un collègue de travail en est une autre.

La plupart des DAE (hormis de Physio Control Lifepak CR Plus qui ne dispose d’aucune assistance) sont équipés d’un métronome pour rythmer les compressions à réaliser. Celui-ci est paramétré pour émettre un « bip » au rythme de 100 à 120 par minutes. Cependant, rien ne prouve que la profondeur des compressions soit respectée et donc que le massage soit suffisamment efficace pour permettre le transport du sang et de l’oxygène vers le cerveau. Les compressions doivent, en effet être de 5 à 6 cm pour un patient adulte.

Le mannequin Brayden est très révélateur de la nécessité de respecter le bon rythme et la bonne profondeur pour que le cerveau de celui-ci s’illumine. Or, on constate qu’il faut une certaine expérience pour arriver à ses fins.

Les défibrillateurs équipés de feedback sont donc capables de guider le sauveteur et de lui indiquer d’appuyer plus fort, plus vite ou que les compressions sont bonnes. Cette fonction est donc loin d’être négligeable lorsqu’on sait que 75 % des français n’ont reçu aucune formation au secourisme.

Les technologies employées :

Les électrodes avec capteur :

La fonction real CPR help de ZOLL convertit instantanément les données de compressions recueillies par le biais de l’électrode CPR-D padz, et met en marche un métronome adaptatif, qui aide le secouriste à améliorer la fréquence et l’amplitude des compressions de la RCP.

Le capteur RCP fourni avec des électrodes de défibrillation pour adulte de Cardiac Science mesure la profondeur et le taux de compressions de la poitrine. Le Powerheart G5 utilise ces informations pour conseiller le secouriste sur le taux correct de compressions et la profondeur de compression durant la RCP.

L’analyse des variations d’impédance

La technologie brevetée CGI (Cardiographie de l’Impédance) de HeartSine équipe le Samaritan PAD 500P et garantit une réanimation optimale. Cette technologie utilise des électrodes ordinaires sans capteur, elle utilise les changements de forme de la poitrine et de l’augmentation de l’impédance du fait des compressions appliquées pour transmettre au sauveteur les informations nécessaires à la pratique d’un massage cardiaque correct.