défibrillateur

Les Français pas assez formés

Formation au défibrillateur

Les Français pas assez formés aux gestes de premier secours

Alors que 80 % des Autrichiens et 95 % des Norvégiens sont, pour leur part, initiés depuis l’enfance au secourisme, une grande majorité de Français ne connaissent pas les techniques pour intervenir devant une victime.

Moins de 20 % des Français sait réagir en cas d’arrêt cardiaque soudain.

En France, moins d’une personne sur cinq témoin d’un arrêt cardiaque, pratique les gestes de premiers secours. L’arrêt cardiaque est l’exemple type de la situation où la maîtrise des gestes de réanimation par un témoin peut multiplier considérablement les chances de survie de la victime.

Les secours mettent en France en moyenne 14 minutes pour arriver sur les lieux d’un incident (arrêt cardiaque et autres situations d’urgence). Si aucune initiative n’est tentée par le témoin, c’est la mort assurée de la victime, sachant que les chances de survie diminuent de 10 % par minute qui s’écoule. Sur les 50 000 personnes, victimes d’un arrêt cardiaque chaque année, et seuls 3 à 5 % survivent.

La Fédération Française de Cardiologie estime que seulement environ 1,7 million de personnes est initiée ou formée chaque année aux gestes qui sauvent, soit seulement 27 % de la population.

Bien que la loi impose la formation de tous les jeunes aux gestes de premiers secours en classe de 3ème, seuls 20 % en bénéficient effectivement.

Bien que de nombreuses associations de formation aux gestes de premiers secours existent, et alors même que la plupart des accidents surviennent à domicile, les Français semblent considérer qu’une démarche personnelle pour se former est difficilement franchissable. Ceux-ci attendent bien souvent qu’une telle formation pendant leur temps de travail leur soit proposée par leurs employeurs.

Voir d’autres articles